dimanche 5 février 2017

Ascendant ( Rencontre nocturne avec Paul Bowles, le Scorpion sur la langue )




                        Du côté le plus haut de la vallée circulaire, un fleuve se précipitait des falaises vers un immense chaudron de vapeur et de tonnerre ; il se faufilait ensuite tout le long des falaises, puis, ayant trouvé une brèche à l'autre bout de la vallée, se frayait sans hâte, discrètement, une voie sans rapides ni cascades pareille à une corde d'eau épaisse et noire dévalant la colline entre les flancs polis du cañon. Au-delà de la brèche, la terre s'étendait à ciel ouvert et devenait agréable ; le village était niché sur une petite colline, juste à l'extérieur.

                                   __ Paul Bowles, Le Scorpion, [ La Vallée circulaire ]
                                           Rivages, traduit de l'anglais par Chantal Mairot.

 

           
                          Le bruit d'une caravane au lever
                          la voie nouvelle dans l'imagerie
                          sur la langue des psaumes éperdus
                          ciselure du relief sur le laurier
                          noble passion sans garde-fou
                          insaisissable.
                          Et les passants légers lisent sous la langue
                          nulle danse au rythme du passage physique
                          les détails meurent dans les saillies de l'amour
                          ascendant impénétrable.
                          Chéris notre ruine piquée du salut.