jeudi 10 novembre 2016

L'attente

Attendre ce qui ne viendra pas, puisque c'est déjà là. Attendre que s'en aille ce qui ne partira pas, puisqu’il n'y a pas d'ailleurs vers où aller. Attendre les bras croisés, assis au bord du précipice, les deux jambes ballantes dans l'impossible attente. Attendre que le vent froid se lève, que son souffle ouvre les lèvres du rêve. Attendre que le rêve se mette à parler de l'attente infinie et de ce qui ne viendra pas, d'un ailleurs qui n'existe en aucun lieu, en nul endroit autre que celui où tu te tiens, ici, debout, les yeux fermés. Le départ a déjà posé le pied sur la ligne d'arrivée. Au loin, la montagne est toujours à sa place. La montagne ne bouge jamais.