dimanche 16 octobre 2016

Reste en paix

La grosse durite détruite, la pompe à (merveilleuses) injections fêlée, le joint de culasse carbonisé, la vieille et solide charrue gît, maintenant embourbée dans un profond fossé, à la limite du champ.

— Viens ma belle bufflesse aux yeux tristes, laissons mourir la charrue, les labours sont désormais finis. C'est aujourd'hui la pleine lune. Allons donc voir non loin dans les prés d'à côté, si l'herbe bleue est plus verte qu'ici.